COMMUNIQUÉ

25 mars 1998


RAPPORT DU CCRH - IMPÉRATIFS POUR LA CONSERVATION DU POISSON DE FOND DU GOLFE DU SAINT-LAURENT ET LES STOCKS DE MORUE DES DIVISIONS 2GH, 2J3KL, 3Ps ET 4VsW ET PRIORITÉS SCIENTIFIQUES DU MPO POUR 1998

Halifax -- Le Conseil pour la conservation des ressources halieutiques (CCRH) a remis aujourd’hui au ministre des Pêches et des Océans son rapport sur les impératifs de conservation pour tous les stocks de poisson de fond du golfe du Saint-Laurent, les stocks de morue des divisions 2GH, 2J3KL, 3Ps et 4VsW et la plie grise de la division 3Ps ainsi que sur les priorités scientifiques du ministère des Pêches et des Océans pour 1998.

Le CCRH recommande le maintien du moratoire sur la pêche commerciale de la morue dans les divisions 2GH, 2J3KL, 4TVn et 4VsW.

À mesure que se prolonge le moratoire, l’effritement des informations provenant de la pêche et la perte de confiance dans les données fournies par le secteur des Sciences du MPO deviennent de plus en plus problématiques. «Puisqu’il n’y a pas de pêche, les pêcheurs commencent à croire que personne ne sait ce qui se passe vraiment» affirme Fred Woodman, le président du CCRH.

Le Conseil recommande la mise en place d’un Programme de suivi pour la morue du Nord (2J3KL) et la morue du sud du golfe (4TVn) afin de compléter les données recueillies lors des pêches sentinelles. «Le Programme stimulera l’activité commerciale, ce qui permettra de rétablir quelque peu la confiance à l’égard des données» a ajouté M. Woodman. Le Programme fournira de nouveaux indices d’abondance qui viendront s’ajouter aux relevés effectués à partir des navires de recherche du MPO.

«Les pêcheurs sont déçus que les stocks de morue ne se soient pas rétablis comme prévu. Après cinq années et six saisons de pêche, les bateaux sont toujours à quai presque partout et les prévisions des scientifiques sont encore plus pessimistes qu’au début du moratoire» fait remarquer M. Woodman.

Le CCRH s’inquiète au sujet du clivage qui semble vouloir se dessiner entre l’industrie de la pêche et les scientifiques, malgré le succès du programme des pêches sentinelles et un processus d’évaluation scientifique plus ouvert et plus exhaustif. «L’industrie en a par-dessus la tête du moratoire -- elle attend toujours de voir les résultats des mesures qui lui ont été imposées ou souhaite du moins qu’on lui explique pourquoi les stocks tardent tant à se rétablir» précise M. Woodman. «Jamais les communications entre les scientifiques et l’industrie n’ont été aussi importantes.»

Parmi les autres recommandations importantes du rapport, notons l’augmentation du TAC de la morue de 3Ps de 10 000 à 20 000 t et une augmentation de 3 000 à 4 000 t pour le flétan noir de 4RST. En ce qui concerne la morue de 3Pn4Rs, le Conseil recommande que le TAC soit fixé à 5 000 t et que les mesures de conservation qui ont été appliquées à cette pêche en 1997 soient reconduites en 1998. Ce TAC ne nuira pas au rétablissement du stock.

Lors des consultations, il s’est toujours trouvé quelqu’un pour dire que l’augmentation de la population de phoques nuit au rétablissement des stocks. Puisque le phoque est une ressource renouvelable qui peut être exploitée de manière durable dans le contexte d’une gestion globale de l’écosystème marin, le CCRH continue de promouvoir l’adoption de mesures visant à contrôler et à réduire la population de phoques.

«La question de la chasse au phoque est une question délicate pour les pêcheurs de l’Atlantique canadien et du Québec. Pendant les consultations, nous avons souvent entendu que les phoques étaient devenus plus importants que les pêcheurs» signale M. Woodman.«Le Conseil est déçu que les effets de la prédation exercée par les phoques n’aient pu être examinés dans le cadre de l’évaluation des stocks.»

«Les pêcheurs sont aussi très déçus du peu de résultats obtenus au niveau du recrutement; ils croyaient en effet qu’en cessant toute pêche dirigée, l’état des stocks s’améliorerait de manière significative» précise Jean-Claude Brêthes, vice-président du CCRH. «Le maintien des fermetures et le déclin des stocks ont augmenté le mécontentement des pêcheurs qui se demandent pourquoi l’état de certains stocks ne semble toujours pas vouloir s’améliorer.»

En ce qui a trait au recrutement, le CCRH recommande qu’une initiative ciblée, s’appuyant sur une approche par zone, soit mise en oeuvre par le secteur des Sciences du MPO pour examiner la question et déterminer quelles mesures de conservation supplémentaires pourraient être adoptées. Le Conseil recommande que les informations qui sont présentement disponibles soient regroupées dans un rapport officiel, rédigé de manière à pouvoir être compris par tous les intervenants, et définissant les priorités en matière de recherche. Une stratégie «par zone» pour tenter de trouver des solutions au problème du recrutement devrait être élaborée à partir des conclusions du rapport.

D’autres recommandations proposent des moyens de compléter les outils scientifiques modernes avec des sources de données (p. ex. vaste programme d’étiquetage).

Le renforcement des initiatives réalisées conjointement par les scientifiques et l’industrie constitue une autre priorité et le Conseil recommande de nommer, pour l’Atlantique, un coordonnateur qui ferait la promotion de ces initiatives au sein du Ministère et aussi parmi les intervenants.

LE CCRH félicite le Ministère, qui a mis en oeuvre bon nombre des recommandations qu’il a déjà formulées au sujet des priorités scientifiques, notamment au sujet des initiatives conjointes (scientifiques-membres de l’industrie), et qui a amélioré l’efficacité du processus consultatif régional. Le Conseil remercie le secteur des Sciences du MPO pour sa collaboration et continue d’appuyer le travail des scientifiques du MPO.

Le Conseil continue de plaider en faveur de l’utilisation d’une approche prudente, qui oblige à penser en fonction de l’écosystème à chacune des étapes du processus de prise de décisions. «Même si l’évaluation des stocks demeure importante, il ne faut pas oublier les principes biologiques de base» ajoute M. Brêthes. «Nous devons obtenir un juste équilibre entre l’évaluation des stocks et la recherche en biologie, en océanographie et en écologie -- ce qui inclut l’adoption d’approches de gestion novatrices.»

- 30 -

Pour renseignements :
Lisa Tenace
Relations avec les clients et le public
Secrétariat du CCRH
(613) 998-1144
lisa.tenace@frcc.x400.gc.ca